CR de l'audioconférence avec le recteur de Créteil du 30 octobre 2020

CR de l'audioconférence avec le recteur de Créteil du 30 octobre 2020

Participants à la visioconférence :
Pour le rectorat :
Daniel Auverlot, Recteur de l’académie de Créteil, Sylvie Thirard (Secrétaire générale), Christine Darnault (Directrice de cabinet adjointe), Gérard Jock (Proviseur Vie Scolaire)
Pour la Peep :
Myriam Menez (AD 94), Anne Sophie Lapotre (AD 93), Anne Godard (AD 77), Catherine Haroutunian (PEEP sup)
Autres représentants de parents :
FCPE 77, FCPE 93, FCPE 94, UNAAPE 77, UNAAPE 93, UNAAPE 94

Le recteur ouvre la réunion en expliquant qu’elle ne se limitera pas au seul sujet de l’organisation de la journée de lundi. Le contexte a évolué pendant les vacances, il va maintenant falloir prévoir la sécurisation des établissements suite aux attentats et mettre en place le nouveau protocole sanitaire.
La priorité reste bien sûr la sécurité mais il n’est pas possible de mettre un policier dans chaque école (il y a 2700écoles et 560 établissements du second degré). Les établissements vont devoir faire preuve de la plus grande vigilance, ils sont donc invités à prévenir les services de police dès qu’ils constatent la présence d’une personne suspecte. Des personnels du rectorat pourront leur venir en aide si nécessaire.
Le protocole de reprise était prévu en 3 temps. Dans un 1er temps, les enseignants devaient disposer d’un temps de préparation. Dans un 2ème temps, grâce à des ressources pédagogiques mises à leur disposition, ils devaient travailler avec les élèves sur la laïcité et la liberté d’expression. Enfin, dans un 3ème temps, à 11h la minute de silence devait être suivie de la lecture de la lettre de Jaurès. Ce matin 20 octobre, le Conseil de défense a décidé que les élèves rentreront normalement à l’heure habituelle. La minute de silence aura bien lieu à 11h mais sans la présence de personnes extérieures (aucun élu, ni association, ni représentant de parents. Le travail prévu avec les ressources pédagogiques se mettra en place dans la semaine ou le mois.
A cela, vient s’ajouter le nouveau protocole sanitaire lié au reconfinement. Tout ce qui n’a pas lieu face aux élèves doit se faire à distance (conseils d’école, conseils d’administration, réunions parents-profs), excepté les conseils de discipline. Pas de cours en demi groupe avec du distanciel mais il ne doit plus y avoir de brassage des élèves, ni en primaire, ni en collège. Les établissements qui ne s’y étaient pas encore conformés ont jusqu’au 9 novembre pour s’organiser. La difficulté réside surtout en lycée général où la réforme du baccalauréat incite au brassage. En cas de réelle incapacité à le limiter, le distanciel sera privilégié, mais uniquement en solution de repli. Les PFMP ont lieu uniquement si les élèves ont une convention avec une entreprise qui reste ouverte sinon ils sont accueillis en cours en petits groupes. D’éventuelles nouvelles directives au sujet de l’EPS sont attendues. Les CPGE et BTS relèvent de l’organisation du second degré et non de l’organisation universitaire, les cours sont donc assurés en présentiel. Les voyages scolaires n'ont pas lieu d’être à l’heure actuelle puisque tous les lieux culturels sont fermés. La question peut se poser sur les classes de neige et les éventuelles avances acquittées par les familles ; le recteur va se renseigner à ce sujet
.


Les parents regrettent d’être finalement exclus de ce temps mémoriel. Le recteur le regrette aussi. Les
représentants de parents souhaitent être associés à la journée sur la laïcité du 9 décembre.
Les parents s’inquiètent du discours qui sera tenu aux plus petits. Des ressources adaptées sont mises à la disposition des enseignants.
Plutôt que de prévoir le non brassage en lycée, il faudrait plutôt privilégier le renforcement des gestes barrière.
Certains établissements envisagent de fermer les cantines : ce n’est pas acceptable, nous sommes en hiver et en Vigipirate renforcé. Il y a des difficultés donc il faut mettre en place des aménagements (nous signaler tout cas éventuel).

Certains établissements ont doté leurs cantines de plexiglass, ne serait-il pas bon de les généraliser ?
Tout dépend du budget dont dispose l’établissement.


Est-il acté que, pour les conseils de discipline, les parents et les personnes qui pourraient les accompagner soient bien présents ? Le recteur confirme.


Dans différentes villes, les établissements se voient refuser l’accès aux structures sportives parce qu’elles sont fermées au public. Les cours ne peuvent se réduire aux seules structures présentes dans les établissements. Les gymnases doivent être ouverts pour les élèves. Par conséquent, il faut signaler précisément les difficultés au recteur pour qu’il puisse prévenir le préfet. Quid des piscines ? Si les mairies ne les ouvrent pas en temps normal, il ne pourra pas leur être exigé de le faire mais si elles sont ouvertes, les cours de natations seront maintenus
Quid des élèves en situation de handicap qui n’ont toujours pas d’AVS et dont, pour certains, le port du masque va être difficile ? Le recteur a clairement rappelé que l’inclusion doit avoir lieu, donc lui signaler les cas éventuels.Pour les élèves relevant d’un PAI qui a une incidence sur le port du masque, contacter le médecin scolaire.

La Peep demande une tolérance lundi matin au sujet des autorisations de sortie pour les parents pour aller à l’école. Il faut veiller à ce que les autorisations soient bien données le soir. Nous avons recommandé aux parents de collégiens de se munir de l’attestation de scolarité de leur enfant mais il n’y a aucun document de ce type pour le premier degré. Il faudra donc que les parents disposent de l’attestation signée dès lundi soir. Le recteur va contacter le cabinet des 3 préfets pour demander de la souplesse au moins pour lundi matin.

Du fait de manque de sanitaires dans certaines écoles, faute de pouvoir leur faire se laver les mains, les enseignants demandent aux enfants de mettre du gel hydroalcoolique à tout bout de champ alors que c’est totalement injustifié. L’usage intensif peut être extrêmement irritant et aller jusqu’à des lésions de la peau : signaler les cas pour un rappel à l’ordre.

Nous avons une très grosse inquiétude sur le nombre d’enseignants et de personnels absents. Malheureusement il faudra attendre lundi matin pour faire le bilan mais 200 personnels contractuels ont été recrutés juste avant les vacances, ce qui devrait permettre de pallier la majorité des problèmes.
Nous avons toujours des inquiétudes sur les stages non seulement en 3ème mais aussi en seconde puisque certains lycées en organisent, notamment pour ne pas avoir à gérer les élèves pendant les bacs blancs. Il n’y a pas lieu d’imposer des stages en seconde et ceux de 3ème sont maintenant facultatifs ; par conséquent, il n’y a aucune raison de les maintenir, surtout maintenant. Il faut signaler les établissements qui persisteraient à vouloir les organiser avant les vacances de Noël. Qu’en est-il des PFMP pour les élèves de Bacs pro des filières liées aux aides à la personne et la sécurité ? Report pour le moment, réflexion en cours.

Problèmes des masques : la FCPE estime que c’est à l’Etat de les fournir. Que se passera-t-il pour les élèves qui n’auraient pas leur masque ? La fourniture du masque aux enfants n’est pas du ressort de l’Etat. Ne pourrait-on pas proposer une visière pour les enfants qui portent des lunettes ? Cet équipement n’est pas reconnu par les scientifiques.

Quelles seront les sanctions en cas de non-respect de la minute de silence ? : il y aura une intervention de la part des missions Valeurs de la République, mais, si ce refus s’accompagne d’un discours qui interpelle, les cas feront l’objet d’une étude spécifique. Il n’est pas prévu de sanction mais bien de faire de l’éducatif.

Le plan Vigipirate est à son niveau maximum. Doit-on craindre que les parents n’aient plus le droit de rentrer dans les écoles et que les dépose-minute soient supprimées ? Aucune consigne n’a été donnée en ce sens pour le moment.

Problèmes avec les élections, les représentants de parents demandent à nouveau la réunion promise. M Jock doit l’organiser rapidement


La prochaine réunion est programmée vendredi 6 novembre pour faire un point sur la semaine qui se sera écoulée


Myriam MENEZ