CR de l'audioconférence avec le recteur de Créteil du 5 septembre 2020

CR de l'audioconférence avec le recteur de Créteil du 5 septembre 2020

 Participants à l’audioconférence :

Pour le rectorat : Daniel Auverlot, Recteur académie de Créteil Sylvie Thirard, Directeur de Cabinet Gérard Jock, Proviseur Vie Scolaire

Pour la Peep : Myriam Menez (AD 94) Anne Sophie Lapotre (AD 93) Catherine Haroutunian (UA Créteil) Autres représentants de parents : FCPE 77, FCPE 93, FCPE 94, UNAAPE 77

Le recteur ouvre la réunion en confirmant que le rectorat est bien intervenu sur les problèmes que nous lui avons remontés.
Bilan de rentrée : vues les circonstances, elle s’est plutôt bien passée, cependant un certain nombre de soucis subsiste. Ainsi, le recteur s’insurge contre les rentrées très décalées mises en place par certains établissements et dont il a été averti trop tard pour les faire modifier. Des difficultés de rentrée, liées aux effectifs dont les chiffres fluctuent beaucoup entre les prévisions et le constat de rentrée, particulièrement dans le Val de Marne, ont conduit à faire des ajustements parfois après la rentrée. Cette année, les difficultés se sont concentrées principalement dans le second degré, mais globalement en moindre importance que les autres années.
L’accès à la restauration scolaire pose problème que ce soit en raison de travaux engagés par les collectivités territoriales qui ne sont pas encore terminés, ou parce qu’il y a trop d’élèves inscrits. Dans tous les cas, des solutions doivent être trouvées (mise à disposition de paniers repas à prendre dans d’autres salles).
Le guide pour l’EPS annoncé par le rectorat est sorti et contient de nombreuses activités intéressantes. Les sports sans contact sont priorisés et les sports nécessitant l’usage de ballons repoussés ultérieurement pour éviter toute complication.
Le virus circule de plus en plus. 4 situations sont envisagées :
• Dans le cas d’élèves isolés, si tous les élèves portaient un masque, seul l’élève est mis en quatorzaine.
• Dans le cas où les élèves ne portaient pas de masque (premier degré, pause méridienne), on recherche alors les cas contact et la décision de l’ARS suit.
• En maternelle il est plus compliqué de retrouver tous les enfants qui ont été en contact direct. En fonction de la situation, l’ARS peut décider de fermer tout ou partie de l’école.
• Si ce sont les adultes, ils sont mis en quatorzaine et le rectorat procède à leur remplacement afin de maintenir l’activité de l’établissement ; mais attention le contingent de remplaçants n’est pas extensible. Les consignes pour gérer les différents cas sont disponibles depuis ce vendredi sur le site du ministère.
https://www.education.gouv.fr/suspicion-ou-confirmation-de-cas-covid-19-ce-qu-il-faut-faire-305730

 

Questions des représentants de parents :

Le port du masque pour tous les enseignants n’est pas adapté pour les enfants sourds ou malentendants, ainsi que pour l’enseignement des langues et dans le premier degré. Un marché national est en cours de montage pour les masques à visière, mais ils seront d’abord destinés aux enseignants et aux AESH qui accueillent des élèves sourds et malentendants. Pour l’enseignement des langues, le recteur met en avant des expériences menées par des enseignants de langues qui se filment préalablement sans masque pour ne pas nuire à la prononciation.

Du fait de l’organisation du nouveau baccalauréat général, les élèves sont brassés au gré des groupes de spécialités. Par ailleurs, dans beaucoup d’établissements, les emplois du temps s’étendent du lundi 8h au samedi midi avec des emplois du temps très décousus. La réforme du bac avait aussi pour objectif le brassage des élèves ; bien que peu en phase avec la situation sanitaire, cela justifie pleinement le port systématique du masque en cours. Concernant les emplois du temps, le recteur a demandé aux chefs d’établissement de les retravailler pour limiter ces situations.

Dans le 93, le chiffre de 4000 élèves perdus depuis le déconfinement circule. Qu’en est-il vraiment ? Ce chiffre est-il fondé et quels dispositifs ont été mis en place pour les retrouver et les rescolariser ? Par ailleurs, beaucoup de fermetures ont été décidées en raison d’une baisse d’effectifs. Si les classes sont fermées, qu’adviendra-t-il des élèves qui reviendraient ? Le recteur confirme qu’il y a une perte d’environ 1000 élèves en Seine St Denis ; ce chiffre est élevé et majoritairement inexpliqué. Il y a eu quelques déménagements vers la province mais il semblerait qu’il s’agisse plutôt de familles qui n’ont pas remis leurs enfants à l’école : un travail de recensement précis est en cours. Les mesures de fermetures ne sont pas liées à cette baisse. M Chaleix, DASEN du 93, vient de confirmer que lors de la commission paritaire de jeudi, il a été prononcé 31 ouvertures pour 21 fermetures. Les chiffres du 94 ne sont pas encore connus.

L’organisation de la restauration scolaire crispe beaucoup. Des témoignages nous sont parvenus, soulignant que le brassage n’est pas géré lors des queues pour aller à la cantine. Parfois les élèves sont invités à déjeuner en moins de 15 minutes (à table). Ailleurs, ce sont des niveaux complets d’élèves qui sont refusés et se retrouvent soit le ventre vide, soit à devoir grignoter n’importe quoi à l’extérieur, la durée de la pause méridienne permettant rarement aux enfants de rentrer chez eux. Un temps d’adaptation est nécessaire pour trouver des solutions mais il n’a jamais été donné de consignes pour interdire l’accès à la restauration à un niveau complet d’élèves. L’objectif est de trouver des solutions très rapidement pour que chaque élève qui le souhaite puisse se restaurer dans l’établissement.

La FCPE rappelle son action pour que les contenants en plastique soient proscrits, en particulier dans le cas des paniers repas distribués dans des sacs plastique. Le recteur confirme que c’est également son souhait. Les fédérations de parents doivent se rapprocher des collectivités territoriales pour travailler ensemble sur la question de la restauration qui relève de leur compétence.

La question des élèves qui doivent redoubler parce qu’ils n’ont pas obtenu le bac se pose toujours. Actuellement, ils ne sont pas rescolarisés faute de savoir quels types d’épreuves ils vont passer et par conséquent, quelles matières ils devront suivre. Les textes ne sont pas encore sortis.

Les parents demandent qu’il y ait une vraie réflexion sur la mise en place d’une formation sur l’enseignement à distance à destination des parents afin de ne plus se retrouver dans la même situation en cas de nouvelle mise en oeuvre de la continuité pédagogique. Cette question pourra être abordée lors des Assises Académiques sur le Numérique auxquelles les fédérations de parents ont été invitées à participer début octobre.

La PEEP tient à remercier les services du rectorat et de la DSDEN du Val de Marne pour les échanges constants au sujet des nombreux problèmes de restauration scolaire, particulièrement dans les collèges du département. Bien que le ministère, qui a compris la nécessité de laisser les parents entrer dans les établissements, ne mette plus en avant la possibilité du vote uniquement par correspondance, certains directeurs d’école et chefs d’établissement ont fait voter ou maintiennent des élections uniquement par correspondance. La PEEP demande l’annulation de cette possibilité. Le recteur demande à M Jock va faire un point avec les DASEN.

La FCPE dénonce le fait que dans les établissements où il n’y aurait qu’une seule liste, les directeurs prétendent ne plus avoir à organiser les élections. Le recteur confirme que les élections doivent se tenir.

Cas particuliers : le lycée Blaise Pascal de Brie Comte Robert souffre de l’absence du chef d’établissement, ce qui génère des tensions et des problèmes d’organisation. Le proviseur est en arrêt maladie, l’adjointe va être accompagnée pour gérer la situation.

A Pierre de Coubertin à Meaux, les élèves n’ont que 30 minutes pour déjeuner et c’est trop court. Si c’est lié à l’emploi du temps ce n’est effectivement pas normal, si c’est en raison de l’organisation de la restauration, l’objectif est de faire au mieux.

Quid du lien entre les centres de loisirs et l’école dans le cadre du protocole sanitaire, quelle continuité entre les 2 ? Il faut rassurer les parents, les protocoles de l’ARS et leurs préconisations sont très fiables.

Qu’est-il prévu pour les enfants mis en quatorzaine quand une école ferme ? La question a été posée aux parlementaires, elle est en cours de traitement.

La FCPE 94 signale de gros problèmes d’effectifs avec des classes à plus de 30 et la multiplication des classes à double niveau. Les parents n’ont pas de visibilité et il est difficile d’apprécier les situations. De nombreux problèmes de remplacement ou d’affectation d’enseignants sont signalés. Effectivement, les représentants de parents ne siègent pas en commission paritaire, il leur est donc difficile d’avoir les bonnes informations. Pour les remplacements, les services font tout leur possible en fonction des remontées.

Du fait du protocole, l’organisation des réunions de parents sont trop chaotiques, or elles doivent absolument se tenir. Le recteur a déjà fait un rappel

Le brassage des élèves est maintenu, certains prétendant qu’il est préférable que ce soient les élèves qui bougent. Pour le recteur, seules les salles spécialisées justifient les changements de salle, mais les mentalités changent difficilement.

Dans certaines écoles, le port du masque est exigé pour les CM1/CM2. Dans certaines écoles maternelles, on refuse à l’élève le retour à l’école l’après-midi quand l’enfant déjeune chez lui. Le recteur confirme qu’aucune de ces pratiques n’a lieu d’être, les cas doivent lui être remontés.

Les masques de la Région qui ne sont pas toujours livrés en nombre suffisant. Le recteur demande qu’on lui donne le nom des lycées concernés avant lundi matin, date où il rencontre Mme Pécresse. Il en profitera pour aborder les situations avec le service concerné.

Des notifications AESH ne sont toujours pas abondées faute de personnel. Le recteur explique que cette année, 300 ETP (équivalent Temps Plein) supplémentaires ont été attribués, le recrutement est en cours.
Certains établissements refusent des élèves qui arrivent sans masque : le recteur rappelle que les établissements ont du stock de l’année dernière, donc rien ne justifie ce refus, il est donc hors de question de refuser des élèves pour ce motif.
                                              ____________________________

Le recteur clôture la réunion en remerciant les participants pour la qualité des échanges. Les réunions se tiendront chaque vendredi de 18h à 19h, la prochaine est donc programmée vendredi 11 septembre.


Myriam MENEZ