CR de la réunion entre les 3 AD d'Ile de France et la vice-présidente IdF en charge des Lycée

CR de la réunion entre les 3 AD d'Ile de France et la vice-présidente IdF en charge des Lycée

Présents :
Marie-Carole CIUNTU (vice-présidente Région IDF en charge des lycées)
Jean-Michel VALENTIN (Région IDF)
Myriam MENEZ (PEEP Créteil)
Hafida SAIM (PEEP Versailles)
Cécile FRATTAROLI (PEEP Paris)

A noter : une ligne directe a été mise en place pour les établissements sur tous les sujets relatifs à la crise sanitaire : lignedirecte.lycees@iledefrance.fr

RESTAURATION :
A Paris, la restauration est le sujet majeur. Le problème principal est le personnel et surtout son remplacement. La possibilité de passer par du personnel intérimaire a aidé un temps mais aujourd’hui la nécessité de la sécurité des personnels est primordiale. Le nombre de demi-pensionnaires a augmenté du fait de la fermeture des petites échoppes de proximité. Ouvrir des salles supplémentaires nécessite forcément du personnel supplémentaire pour la surveillance et le nettoyage. La contamination est focalisée sur le temps de restauration du fait du non port du masque à ce moment-là.
La Région veut aider à la mise en place de toutes les solutions qui permettraient une application la plus conforme possible du protocole sanitaire dans les cantines des lycées et des cités scolaires. Un budget de 3,5Mn d’euros a été voté pour permettre aux établissements de recruter des personnels intérimaires pour remplacer les agents manquants (principe : remplacement de 1 pour 1). Depuis le début de la crise sanitaire, il y a 240 agents en plus dans les lycées franciliens auxquels s’ajoutent maintenant 170 intérimaires. Cette dernière possibilité permet de sortir du carcan des contraintes de recrutement très rigides de la Région. Certains de ces intérimaires sont issus des restaurants qui sont fermés et apportent ainsi leur savoir-faire dans les cantines. Ce dispositif fonctionne bien, aussi la Région le poursuit-elle. Les sociétés d’intérim sont fléchées, elles sont tenues d’effectuer les contrôles de sécurité (vérification du casier judiciaire). Mais il reste l’obstacle de locaux parfois exigus. Des sociétés de restauration, elles aussi repérées, pourront proposer des paniers repas qui seraient pris dans les classes. Certains ont même demandé des barnums : la Région a accepté d’en mettre à disposition à la condition de s’assurer des conditions d’accueil des élèves (température). L’idée est que tous les élèves qui le souhaitent puissent bénéficier de la restauration.
L’éventualité de paniers repas pris dans des salles de classe implique de la surveillance et du nettoyage, donc du personnel. Dans l’académie de Versailles, les parents n’ont pas entendu parler des paniers repas. Que contiennent-ils réellement ? Cette solution peut être ponctuellement une solution mais attention à ce que ce soit bien encadré et ce ne sera plus envisageable quand il fera froid. Il semble que tous les personnels absents ne soient pas remplacés.
Parfois les établissements ne font pas toujours la demande de remplacement : la Région nous invite à signaler les cas. Les paniers repas ne doivent pas toujours être pour les mêmes, un roulement doit être instauré. Le panier repas est froid mais bien rempli et les couverts sont prévus.
Dans certains lycées, la facturation se fait au repas avec un système de réservation sur place ou en ligne jusqu’à la veille au soir ou au matin même. Dans d’autres établissements, on exige un forfait pour le trimestre ; les familles ont payé ce qui a pour conséquence que les lycéens, qui pourraient revenir chez eux pour déjeuner, restent sur place. La Peep souhaite que la Région intervienne et accompagne les lycées qui
facturent au forfait au lieu de facturer au repas. Mme Ciuntu souhaite connaitre le nom des établissements concernés pour nous aider dans cette démarche qu’elle trouve plus que légitime.
Les remplacements sont bien mis en place mais la mise en oeuvre des mesures sanitaires demande qu’ils soient plus nombreux, qu’en est-il ? Si les chefs d’établissement le demandent, on peut leur fournir davantage de personnel tout en évitant de renforcer les équipes de cantine par le personnel d’entretien des bâtiments.
Travaux de mise en sécurité dans le cadre du protocole sanitaire : il y a des problèmes de ventilation dans certains lycées. Effectivement il y a un problème de maintenance auquel s’ajoute le patrimoine vieillissant dont a hérité la Région. Certains établissements ont même été construits avec des fenêtres qui ne s’ouvrent pas à une époque où c’était la tendance. Des travaux sont en cours et à venir.

FONDS COVID
Un fonds « COVID » dédié à tous les achats nécessaires (gel, protections…) pour permettre de mettre en oeuvre le protocole sanitaire a été voté (jusqu’à fin décembre). Il est donc possible pour les lycées d’investir dans l’achat de plexiglas pour séparer les espaces dans les cantines, ils seront remboursés.
Par ailleurs, pour faciliter l’achat et réduire le coût du gel hydroalcoolique, les lycées peuvent passer par une centrale d’achat. De plus, la Région dote ses agents de masques et d’EPI (équipement individuel de sécurité). Les proviseurs vont disposer d’un lien direct avec un mail et une ligne téléphonique. Enfin, tous peuvent, jusqu’en décembre, se faire rembourser les investissements en matériel nécessaires à la mise en oeuvre du protocole sanitaire (distributeurs de gel, plexiglass de séparation à la cantine, etc..) dans le cadre d’un fond Covid en plus de leur dotation habituelle.
De nouvelles enveloppes COVID seront définies en 2021.

NUMERIQUE
A fin décembre 2020, 300 établissements sur 465 seront équipés en WIFI ; la priorité a été donnée aux établissements qui avaient choisi le numérique. En parallèle, 75% des élèves ont reçu un équipement numérique depuis la rentrée 2019.
A cette rentrée, tous les élèves d’IDF de seconde générale ont été dotés d’un ordinateur. Les professeurs de seconde ont également reçu un ordinateur. La Région négocie actuellement avec les fournisseurs pour permettre aux professeurs d’être administrateurs de leur ordinateur. Des chefs d’établissement ont demandé la mise à disposition de classes hybrides (via l’ENT).
Comment résoudre le problème de connexion pour les familles pas ou mal équipées ainsi que les liaisons de mauvaise qualité (en zone rurale mais aussi certaines zones urbaines) ?
La Région a créé des « brigades de maintenance ».
Pour compléter les manques en termes de matériel, la Région va procéder à une nouvelle distribution en janvier (cette distribution et la configuration seront effectuées par la Poste). Des micros connectés ont également été fournis aux établissements qui le souhaitaient.
Point sur les secondes professionnelles : les élèves ont reçu des tablettes, ce qui n’est généralement pas adapté à leurs besoins : la Région a décidé qu’à l’avenir, le choix entre tablettes et ordinateurs reviendrait à chaque établissement en fonction des besoins de leurs élèves

TRAVAUX
Un budget très important a été alloué aux travaux dans les lycées, mais les besoins sont colossaux : bâtis, sanitaires, problème des aérations (fenêtres qui ne s’ouvrent pas), la Région est sensibilisée à tous ces points.


BRIGADES REGIONALES DE SECURITE :
Créées et mises place en 2018, elles sont très sollicitées et très appréciées des établissements.
Mme Ciuntu se félicite de ces échanges très intéressants et souhaite qu’ils puissent se renouveler régulièrement. M Valentin nous invite à le contacter selon nos besoins et/ou nos questions.

 

Myriam Menez Hafida Saim Cécile Frattaroli
PEEP Créteil PEEP Versailles PEEP Paris